Aimeri Ier

Un article de Le petit narbonnais.

(Différences entre les versions)
Version du 20 avril 2008 à 16:39 (modifier)
Wikiliz (Discuter | Contributions)

← Différence précédente
Version du 25 juillet 2008 à 14:50 (modifier) (défaire)
Audrey (Discuter | Contributions)

Différence suivante →
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +[[Catégorie:histoire et patrimoine]]
 +[[Catégorie:histoire]]
 +[[Catégorie:repères historiques]]
 +[[Catégorie:Vicomtes]]
 +
Le jeune vicomte '''Aimeri Ier''' (1080-1105) fit un très beau mariage...il épousa Mahaut, fille de l'éblouissant Robert Guiscard de la fameuse Maison normande des Hauteville. Elle lui donna quatre garçons ''Aimeri'', ''Guiscard, Bernard-Raymond et Bérenger''.<br> Le jeune vicomte '''Aimeri Ier''' (1080-1105) fit un très beau mariage...il épousa Mahaut, fille de l'éblouissant Robert Guiscard de la fameuse Maison normande des Hauteville. Elle lui donna quatre garçons ''Aimeri'', ''Guiscard, Bernard-Raymond et Bérenger''.<br>
Aimeri Ier devait être un homme d'une vive piété car c'est à partir de ses donations que se développa l'abbaye de '''[[Fontfroide]]'''. La foi d'Aimeri le détermina à partir pour la Terre Sainte combattre les Infidèles ; il se croisa à la fin de l'année 1103. Il tomba malade en Syrie et mourut à Albara dans le nord de ce pays. Aimeri Ier devait être un homme d'une vive piété car c'est à partir de ses donations que se développa l'abbaye de '''[[Fontfroide]]'''. La foi d'Aimeri le détermina à partir pour la Terre Sainte combattre les Infidèles ; il se croisa à la fin de l'année 1103. Il tomba malade en Syrie et mourut à Albara dans le nord de ce pays.

Version du 25 juillet 2008 à 14:50


Le jeune vicomte Aimeri Ier (1080-1105) fit un très beau mariage...il épousa Mahaut, fille de l'éblouissant Robert Guiscard de la fameuse Maison normande des Hauteville. Elle lui donna quatre garçons Aimeri, Guiscard, Bernard-Raymond et Bérenger.
Aimeri Ier devait être un homme d'une vive piété car c'est à partir de ses donations que se développa l'abbaye de Fontfroide. La foi d'Aimeri le détermina à partir pour la Terre Sainte combattre les Infidèles ; il se croisa à la fin de l'année 1103. Il tomba malade en Syrie et mourut à Albara dans le nord de ce pays.