Pont des Marchands

Un article de Le petit narbonnais.

Le pont des Marchands à l'époque romaine, d'après le plan de Vincent Perret.
Le pont des Marchands à l'époque romaine, d'après le plan de Vincent Perret.

Sommaire


Le pont des Marchands (Pons Vetus) est un ancien pont romain de Voie Domitienne, modifié et élargi au Moyen Âge.

  • Il franchit le canal de la Robine sur l'ancien lit de l'Aude.
  • Il supporte des habitations : c'est un des rares ponts habités subsistant en France.

[modifier] Historique

La cité en 1352
La cité en 1352

L'ancien Pont-vieux reliait seul, jusqu'à la fin du XIIe siècle, les deux parties de la ville : la Cité, sur la rive gauche, et le Bourg, sur la rive droite. La seule arche existante laisse à supposer de la largeur ancienne de l'Aude.

  • Les légions romaines empruntaient ce pont de la Via Domitia qui conduisait vers l'Espagne ou bien, par la Via Aquitania, vers Toulouse et Bordeaux. Aujourd'hui, l'antique pont supporte toute une étroite rue commerçante bordée de nombreux magasins des deux côtés.

[modifier] Pont à six ou sept arches

Selon l'hypothèse (très improbable) émise par Paul Carbonel dans son ouvrage sur l'Histoire de Narbonne, "le proconsul (sic) romain Adrien vint à Narbo en 130, avec son conseil, régler sur place, à l'insu du Sénat, de nombreuses questions concernant la Province : il ordonna la réfection des grandes routes et de plusieurs édifices publics, décida la construction d'un pont à neuf arches. L'arche centrale, seule visible aujourd'hui, constitue l'arche du Pont des Marchands.

  • En réalité, l'empereur Hadrien (76-117-138), grand voyageur, vint en visite à Narbonne en 121.

[modifier] Arbuna : Narbonne à l'époque musulmane

"Arbuna est une ville grande et la dernière que les musulmans ont conquise sur le pays des Francs. Elle est traversée d'une grande rivière, la plus grande de ce pays. Sur la rivière est un grand pont construit par les Anciens. Personne maintenant n'en pourrait faire un semblable. Sur le pont sont des marchés et des maisons. Entre la ville et la mer est une distance d'un parasange. Les navires montent de la mer jusqu'à la ville et entrent sous le pont..." (Auteur arabe, période de l'occupation arabe, 719-759)


[modifier] Liens externes

[modifier] Référence