Origine

Un article de Le petit narbonnais.


Sommaire

[modifier] "clef et garde de tout nostre pays de Languedoc"

  • Narbonne, Ville Royale (1507-1789) La préoccupation du pouvoir central du moment fut de fortifier la ville "clef et garde de tout nostre pays de Languedoc", pour le protéger des invasions périodiques des Espagnols. Jusque là, la Cité et le Bourg avaient leurs fortifications particulières.
  • Il n'y aurait désormais qu'une seule enceinte. Les travaux commencés sous Louis XII s'achevèrent sous François 1er.


[modifier] Le porc-épic de l'un, la salamandre de l'autre

  • Gravés de place en place sur les remparts indiquèrent la construction faite sous chacun de leurs règnes. L'enceinte terminée, son ensemble de tours carrées donna à la ville un aspect imposant. Les bastions élevés en dehors de l'alignement dépassaient l'enceinte en hauteur lui faisant une magnifique couronne crénelée. Au pied des murs, un fossé large et profond complétait le système défensif.
  • On avait utilisé dans la construction une grande partie des ruines des anciens monuments romains en groupant autour des portes les bas-reliefs des plus curieux. Ces portes avec pont-levis, au nombre de quatre étaient : au Nord, la porte de Béziers ; à l'Est, la Porte Sainte-Catherine ouverte ; au Sud, la Porte de Perpignan ; à l'Ouest, la Porte Neuve située.


[modifier] Voici en quels termes un ingénieur militaire anonyme décrit dans la seconde moitié du XVIII° siècle les défenses de la ville

  • "Sa fortification, telle qu'on la voit aujourd'hui, fut commencée par le roi Louis XII et continuée sous les règnes suivants jusqu'en 1567. On voit en différents endroits de l'enceinte le Porc épic, la Salamandre et L couronné qui étaient les devises de Louis XII, de François Ier et de Charles IX.
  • L'enceinte qui a 2050 toises de pourtour est défendue par 5 bastions et 12 tours rondes. La maçonnerie en est très belle : tout le parement est de pierre de taille et les murs ont 6 pieds d'épaisseur au cordon et 16 en fondations. Le bastion de Saint-Paul est très beau : ses faces ont 60 toises de longueur et sa gorge 50.
  • Il y aussi deux belles tours qu'on nomme Tour de la Reine et Tour de la Citadelle ; elles sont ouvertes à la gorge et ont chacune 50 toises de circonférence. Toutes ces tours en général sont voûtées à l'épreuve de la bombe au niveau du rempart..."


[modifier] Déclassement de l'enceinte

  • Le 15 juin 1866, le Ministre de la guerre informe le Colonel Directeur des fortifications à Perpignan que la place de Narbonne sera abandonnée. Le 20 décembre 1868, il est décidé que le rempart serait percé sur 35 mètres. Durant les années 1868, 1869, 1870 la vente des terrains militaires va se poursuivre.
  • Les années qui vont suivre verront tomber, l'un après l'autre, les derniers vestiges des remparts et l'année 1884 marquera le terme de ces démolitions.


[modifier] Le Rôle de la Commission Archéologique de Narbonne

La Commission Archéologique et Littéraire a joué un rôle très important durant les treize années qu'a duré la démolition des remparts. Sa vigilance a permis de sauver de la destruction ou de la disparition, les innombrables vestiges antiques qui s'y trouvaient encastrés : 2000 pièces gallo-romaines dont 550 inscriptions faisant du Musée Lapidaire une des premières collections de la France et de l'étranger.