Marius LACROIX

Un article de Le petit narbonnais.

[modifier] Fils d'un Laitier

  • Marius Lacroix est né le 9 novembre 1902 à Pézenas dans l'Hérault. Fils d'un laitier, il est issu d'une famille modeste et exerce la profession d'agent d'assurances.
  • Il doit sa courte carrière politique à l'action et au destin courageux et tragique de son frère aîné, Dr Achille LACROIX. Celui-ci, médecin établi à Narbonne, avait été élu maire de la ville sur une liste socialiste en 1925, puis constamment réélu jusqu'à sa révocation par le gouvernement de Vichy, le 9 avril 1941.Entré dans le mouvement Combat dès la fin des hostilités, le docteur Lacroix avait organisé la résistance à Narbonne.
  • Arrêté le 10 décembre 1943, il fut déporté au camp allemand de Buchenwald, et devait y mourir quelques mois plus tard.

[modifier] le 22 septembre 1944

  • C'est donc pour remplacer son frère absent que Marius Lacroix est porté à la tête de la municipalité provisoire de Narbonne, le 22 septembre 1944, sur décision du préfet de l'Aude et du Comité départemental de libération.
  • Nommé officiellement maire de la ville le 20 octobre suivant, il est réélu conseiller municipal et maire de Narbonne aux élections du 29 avril 1945. Il démissionnera de son mandat le 2 novembre 1945 après l'annonce officielle du décès de son frère, considérant qu'il n'assumait jusqu'alors ses fonctions que par intérim.
  • Il se présente alors, aux élections de l'assemblée nationale Constituante du 21 Celle-ci arrive largement en tête et emporte deux des quatre sièges à pourvoir...

[modifier] Marius Lacroix est élu membre de la Commission des finances et du contrôle budgétaire

  • Il participe, en qualité de rapporteur spécial pour la marine, aux discussions sur le projet de loi portant fixation du budget général des dépenses militaires.
  • Il est également nommé rapporteur pour le budget de la France d'outre-mer sur les dépenses liées au corps expéditionnaire français en Indochine. C'est dans le cadre du projet de loi de la nationalisation des assurances qu'il intervient tout particulièrement.
  • Le député de l'Aude vote également les nationalisations du crédit, du gaz et de l'électricité, et se prononce en faveur du projet de Constitution du 19 avril 1946.
  • Marius Lacroix se retire de la vie politique et militante à l'issue de ce premier mandat et reprend ses activités professionnelles.
  • Il décède à Nice, le 2 janvier 1975, à l'âge de soixante-douze ans.