Lou Narbonés

Un article de Le petit narbonnais.


Narbonés Lo vent que bufa de Narbona
a vist passat lo comte Arnaud,
mas ni tos vents ni tas legendas
te fan pas pus ni freg ni caut.
Entre doàs morts, entre doàs vidas
L'eime pantaissa, amont aval,
l'espera mudada en endura
daissa passat lo comte Arnaud.
Solas, de mans de la trantida
doça te tornaràn sus tèrra,
d'un quichal.
Aqui, sul pargue ont s'alesona
un cipressier ficat al cèl
lo vent que bufa de Narbona
se pausa, coma per bèl-bèl.

Poème autographe de Leon Cordes (1985)

Narbonnais
Le vent qui souffle de Narbonne
a vu passer le conte Arnaud
mais ni tes vents ni tes légendes
ne te font plus ni froid, ni chaud
Entre deux morts, entre deux vies
l'esprit rêve là-haut, là-bas
l'attente transformée en abstinence
laisse passer le conte Arnaud.
Consolation, des mains d'une douce secousse
te feront revenir sur terre, d'une pression.
Là, sur le parc où s'élève
un cyprès planté dans le ciel
le vent qui souffle de Narbonne
se repose comme par enchantement.