Loges et Francs-Maçons audois 1757 1946

Un article de Le petit narbonnais.

Sommaire

[modifier] Narbonne une loge atypique

"La marquis de Chefdebien vraisemblablement initié à Malte où il était colonel des chasseurs, a, en 1779 l'idée originale de créer avec ses six fils, maçons et chevaliers de Malte , une loge dont les fondateurs seraient les sept membres de sa famille...Famille qui était intimement liée à la vie publique narbonnaise...."extrait p34.


[modifier] Chapitres sur Narbonne

  • Chapitre II Naissance de la loge Narbonnaise par le Marquis Chefdebien.
  • Chapitre V Narbonne s'affilient au Grand orient
  • Chapitre VII La loge de Saint-Paul à Narbonne
  • Chapitre XI La Maçonnerie renaît à Narbonne
  • Chapitre XIII Ernest Ferroul et Louis Lafferre Politique et Franc-Maçonnerie
  • Chapitre XV Les Hommes de bonne volonté Narbonne 1936/1940


[modifier] Auteur Paul Tirand

Né en 1927, est originaire de l'Aude.Directeur de banque à la retraite, Paul Tirand est un passionné d'histoire et de franc-maçonnerie. A 77 ans, il a publié trois ouvrages, dont La franc-maçonnerie de Narbonne et de sa région.Directeur de banque à la retraite, Paul Tirand est un passionné d'histoire et de franc-maçonnerie. A 77 ans, il a publié trois ouvrages, dont un consacré à la franc-maçonnerie de Narbonne et de sa région, Loges et francs-maçons audois, 1757-1946 (Cercle culturel et philosophique de Carcassonne, 2002, 248 p., 20 €).

p77
p77

[modifier] Apparition de la Franc-Maçonnerie à Narbonne

La première loge de la ville voit le jour en 1776, vingt ans après Carcassonne. Il s'agit de la Parfaite Union. D'autres suivent rapidement: la Parfaite Egalité, l'Amitié à l'épreuve ou encore les Philadelphes, une loge très singulière qui a marqué l'histoire de la maçonnerie française.Elle s'inspire des mythes de l'Antiquité égyptienne.

[modifier] Les premiers francs-maçons narbonnais

  • Dans la majorité, il s'agit d'aristocrates et de militaires. Narbonne, au XVIIIe siècle, est une petite ville de 10 000 habitants, dominée par la noblesse et le clergé. Il n'y a pas d'industrie et la bourgeoisie est peu représentée. Cela n'empêche pas la maçonnerie d'être dynamique. A la veille de la Révolution, les loges regroupent de 150 à 200 personnes, dont 70 pour la seule loge de l'Amitié à l'épreuve.
  • La franc-maçonnerie, à l'époque, fonctionne comme un laboratoire des idées des Lumières. Les loges sont des lieux de discussion et d'apprentissage de la démocratie. Les frères y abordent des problèmes philosophiques et des questions de société: le progrès, la raison, la fraternité…
p154
p154

[modifier] Fiche Technique

  • Auteur : Paul Tirand
  • Page : 243 pages
  • Livre d'histoire
  • Retraçant l'histoire des Loges et Francs-Maçons Audois de 1757 à 1946
  • Edition Cercle Philosophique et culturel de Carcassonne
  • Edité en 2002
  • Auteur: Paul Tirand
  • Préface de Combes Directeur de l'IDERM (Institut d'études et Recherches maçonniques)
  • Disponible à La Médiathèque Référence HL366.l TIR

[modifier] Liens Externes