Le Caméo

Un article de Le petit narbonnais.



[modifier] Sur l'ile de Saine Côme

  • Le Caméo appartenait à la famille Rachet. Il était sur l'ancien emplacement de l'église Saint Côme, l'une des plus anciennes paroisses de la ville "Saint Damien", devenu le Théâtre Galy (nom de la famille qui en devint propriétaire) d'où encore le nom de d'impasse de la comédie.
  • Convertie en magasin de poudres et salpêtres après la révolution, elle devint successivement une salle de conférence, théâtre,une guiguette, un magasin de meuble pour devenir dans les années 40 un cinéma.
  • Il se situait au boulevard Gambetta.
  • A sa fermeture en 1985, il resta longtemps désaffecté avant d'être démoli pour laisser place à une résidence de standing le Saint Damien.
  • L' Antenne du Conseil Général de l'Aude y est basée.


[modifier] Yves Fery

  • Selon le projectionniste de l'époque M. Yves Fery, "aucun des projectionnistes de chez Rachet ne voulaient y travailler : de son puits d'ossements , à sa frise de Prométhée , en passant par cet escalier en bois torturé, traversant un long couloir peu éclairé pour arriver à la cabine de projection.... tout contribuait à le rendre sinistre...."

[modifier] Mercredi Soir avant Guerre

"Quand nous étions enfant nous allions au cinéma le mercredi soir, car nous n'avions pas classe le lendemain, mais également la deuxième matinée du dimanche. Les places alors étaient numérotées, au prix d'1 frs 50, je me souviens de ma première opérette "Le pays du Sourire" c'était avant guerre.Ce qui m'a le plus marqué c'était cette frise de Prométhée en noir et blanc qui avait était dessinée par l'architecte Vidal qui habitait la maison à côté du cinéma..." Propos de Marie-Thérèse Camus