La Robine

Un article de Le petit narbonnais.

Sommaire

[modifier] Mobilisez-vous Il y a urgence!

[modifier] En 118 après la conquête romaine

  • Narbonne s'ouvre sur une ère de prospérité matérielle qui ne cessa de croître pendant deux siècles. Narbonne est alors un grand port et une puissante cité et afin de tenir ce haut rang son accès à la mer doit être maintenu et amélioré. Pour cela, les Romains n'hésitent pas à détourner, à l'aide d'un barrage construit à Sallèles d'Aude, le bras septentrional de l'Aude qui remontait naturellement dans l'étang de Capestang et aboutissait au golfe de Vendres, ceci afin de donner au port de Narbonne plus de facilité à la navigation. Ainsi, grâce au grand volume d'eau qui désormais passe dans la ville

[modifier] Narbonne un grand port

  • Navires marchands: "les navires marchands peuvent remonter, par le lit de l'Atax canalisé, jusqu'au pied des murs de la ville, où ils viennent s'amarrer, tout comme les péniches actuelles, le long d'un quai bordé de gradins, sur lequel s'alignaient des magasins et des hangars" Source (Ed. Barry Histoire Générale de Languedoc).
  • Narbonne est alors un grand port, cette partie de la ville de Narbonne s'appelle encore aujourd'hui : Promenade des Barques. C'est en ce point que se termine la navigation. La Porte Aiguière, proche de l'ancienne Vicomté, les anciennes Dames de France marquait cette limite et donnait accès sur la rivière de l'Atax que l'on traversait au moyen d'un pont, "pont Vetus" aujourdhui Pont des Marchands.

[modifier] Bourg et Cité

  • Ce pont fait communiquer les deux quartiers de la Ville, le Bourg et la Cité et joue le rôle d'une véritable rue. Une seule arche suffit aujourd'hui pour le passage des eaux du Canal de la Robine ; mais sept semblables sont actuellement enfouies dans les caves des maisons riveraines et ainsi on peut avoir l'idée de la largeur ancienne du lit de l'Atax. De nos jours, on donne le nom de "Robine" au canal qui va de l'Aude au Port-la-nouvelle
  • Il n'en était pas de même autrefois. La Robine proprement dite était la partie de la rivière d'Aude canalisée qui s'étendait de Narbonne à la mer ; on l'appelait aussi le "canal de l'Aude". Source: Etude "Au fil de la Robine par les Archives Municipales de la Ville de Narbonne.

[modifier] Autres liens