La Ramade

Un article de Le petit narbonnais.

[modifier] Lundi de Pantecôte

  • Avant la Révolution, les jardiniers avaient coutume de courir la ville et les faubourgs, le lundi de Pentecôte, en attelant chacun sa mule ou son cheval à une charrette tapissée de feuillage, au dedans et au dehors, à ses brancards et à ses roues.
  • Cette charrette était remplie de musiciens. A quelques pas en avant de l'attelage, un homme à cheval portait déployé le drapeau qui avait figuré à la promenade de l'Ascencion.
  • Les hommes étaient vêtus de vestes et ceintures écarlates à franges d'or, avec pantalons d'un blanc de neige, souliers blancs à paillettes et chapeaux de taffetas blanc, aussi à paillettes, relevés à la Henri IV. Cette cavalcade courait au grand trot par toutes les places, carrefours, rues, coins et recoins ; dans les cours de la Vicomté, de l'Archevêché et de la Madeleine.