Henri Rouzaud

Un article de Le petit narbonnais.


Sommaire

[modifier] Henri Rouzaud

  • Né le 14 novembre 1855 à Axat, mort le 17 juillet 1935 à Narbonne,
  • Henri Rouzaud est un archéologue français qui a effectué des recherches dans le Narbonnais à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, notamment à Montlaurès: Elicia et Narbo.

Député de l'Aude de 1893 à 1898.

  • Docteur ès-sciences, maître de conférence à la Faculté des sciences de Montpellier.
  • Henri Rouzaud, auteur de publications et collaborateur de journaux et revues,
  • Conseiller municipal de Montpellier.
  • Il était partisan d'une République « respectueuse de tous les droits et de toutes les croyances, large, tolérante, éclairée, s'appuyant sur le bon ordre et le respect des lois ».
  • Il était officier d'Académie et chevalier du Mérite agricole.


[modifier] Elicia et Narbo

  • 1855-1935 son immense mérite ce sont ses révélations sur la signification historique du monticule de Montlaures sur lequel il situe Elicia, la cité-mère de Narbonne, douze siècles avant notre ère.
  • Il a fait de nombreuses communications sur ses recherches et ses inventions à la Commission Archéologique et Littéraire' de Narbonne. Ses recherches se sont portées d'abord sur Narbonne : cimetière de l'Est, monuments funéraires du chemin de Coursan, tracé de La Via Domitia, inscriptions romaines près de la Tour Gilles Aycelin ou Avenue de l'Hérault, vestige des remparts romains.
  • Puis, il s'est orienté vers les débouchés de la ville : études sur le delta de l'Aude et sur le Rubrésus, sur les ports antiques de Narbonne, sur l'utilisation de La Robine et du canal de L'Ile Sainte Lucie, sur le port des Galères, sur L'Ile Saint-Martin.
  • Rouzaud est à l'origine de la découverte de l'oppidum de Pech Maho en 1913. Dans les années 20, il traitait du « Trésor de Peyriac-de-mer» et découvrait le site d'Ensérune.
  • Son nom reste attaché plus encore au site de Montlaures voisin de Narbonne où, de 1906 à la fin de ses jours, il vint plusieurs fois par mois, le dimanche, scruter les pierres de la butte célèbre, examiner le sol de sa garrigue et des vignes voisines, prolonger ses recherches vers Bougna, Védilhan ou la bergerie de Caritats, entraînant dans sa passion de la découverte le personnel permanent ou saisonnier, français ou espagnol, du domaine voisin.
  • Chercheur méticuleux il a recueilli, au cours de ses fouilles, un nombre considérable de monnaies, de tessons et de nombreux autres objets dont il a consigné la description dans des Cahiers dont les copies sont conservées à la Bibliothèque Municipale de Narbonne.

[modifier] Le 6 mai 1969 la ville de Narbonne a baptisé l'une de ses rues

  • Anciennement "rue des Jardins" porte son nom
  • « [...] le choix du site où s'élèvera la plaque qui porte son nom ne pouvait être meilleur. L'extrémité de la rue borde les emplacements de ce qui fut, sous Rome, la partie résidentielle de la ville. La découverte, ces dernières années, de mosaïques rue Suffren, rue Baliste, route d' Armissan en témoigne, l'Amphithéatre était tout proche et la Cité à laquelle conduit la rue, porte le nom de « Cité des Arènes Romaines ». Il s'y attache en outre des souvenirs qui ne laissent point insensibles ses descendants et ses amis : « ces jardins» qu'évoquait le nom précédent de cette rue n'étaient-ils pas ceux qu'il avait patiemment acquis pour y effectuer librement ses recherches ?
  • Décidément, le nom d'Henri Rouzaud est ici bien à sa place. »

Extrait de l'allocution prononcée par le Général Balmitgère, Président de la Commission Archéologique, lors de l'inauguration, à Narbonne, le 6 mai 1969, de la rue Henri Rouzaud

[modifier] Bibliographie

[modifier] Ses Notes

  • Petites Notes sur d'Anciens nom Locaux
  • Notice du trajet réel de la voie domitienne de Narbonne à Salses