Elicia et Narbo

Un article de Le petit narbonnais.

Sommaire

[modifier] Les Élisyques

  • Peuple de la région de Narbonne, qui proviendrait de la fusion de peuples d'origine ibérique avec une population présente antérieurement qui pourrait être ligure. Les oppidums d'Ensérune, de Pech Maho Sigean, Bassanel Olonzac, Mailhac, la Moulinasse Salles- d'Aude, le Moulin Peyriac-de-mer et de Montlaurès pourraient être des places fortes des Élisyques. Leur territoire se situait approximativement au niveau des basses vallées de l'Attagus ou Atax...Ils habitaient des villages fortifiés installés sur les collines.
  • Les Élisyques semblent avoir été en contact avec les peuples commerçants de la Méditerranée (Phéniciens, Puniques, Grecs) auxquels ils fournissaient des produits agricoles et des ressources minières provenant de leur territoire ou de régions plus éloignées et qui étaient acheminés jusqu'à leurs places commerciales (Pech Maho).

[modifier] Périègèse

  • Dans antiquité, le peuple est mentionné entre la fin du VIe siècle av. J.-C. et le début du Ve siècle av. J.-C., dans son Périégèse (ouvrage disparu dont quelques fragments ont été compilés dans les Ethniques d'Étienne de Byzance considérant les Elesyces comme un peuple ligure.
  • Les Élisyques nous sont connus par une mention d'Hérodote, "le père de l'Histoire", qui signale que des mercenaires gaulois (Élisyques) auraient servi dans l'armée carthaginoise en 480 avant J.-C., au moment du siège d'Himère (Sicile).

[modifier] Ora maritima

  • Dans Ora maritima, un auteur latin qui reprend le Périégèse de Hécatée de Milet dit : « Autrefois, le peuple Elisyque habitait ces lieux, et la cité de Naro était la très grande capitale de leur puissance belliqueuse. Là, le fleuve Attagus se précipite dans la mer. A côté se trouve le marais d’Hélicé. À partir de là était Besara (Béziers) suivant le dire d'une ancienne tradition.
  • Maintenant les fleuves Heledus (Lez) et Orobus (Orb) se glissent à travers des champs dévastés et des monceaux de ruines, indices d'une prospérité passée »

[modifier] Nom des Élisyques

  • Le nom des Élisyques pourraient tirer leur nom du marais Hélicé (basse-plaine de l'Aude, étang de Capestang) qui constituait une portion non-négligeable du centre de leur territoire. L'orthographe "Élysique" que l'on trouve souvent est erronée et sans doute influencée par l'attraction du mot Elysios (Ἠλὑσιος, la Plaine élyséenne, les Champs élyséens) qui désignait chez les Grecs "le séjour édénique promis aux héros, aux hommes vertueux, ... placé au confin de l'Océan [Atlantique] ... un lieu de félicité".
  • La région habitée par les Élisyques voit arriver des Volques, peuple celte qui se sont installés là au milieu ou à la fin du IIIe siècle av. J.-C..

[modifier] Les Elisyques ont créé les oppida de Montlaurès

  • Elles se situent au nord de Narbonne, Peyriac sur le site de l'ancien moulin et Pech-Maho qui surplombe la Berre. Ils se sont également installés au bord de l'Aude sur l'emplacement actuel de Narbonne.
  • Les échanges avec les peuples méditerranéens s'effectuaient autour de l'étang où les marchandises étaient déchargées pour être acheminées vers Narbonne par le cours de l'Aude sur des barques à fond plat.
  • Source

[modifier] Sur le site de Montlaurés

  • Dès la plus haute antiquité se trouvait un centre habité, centre important de population agglomérée.Si cette cité avait été une colonie d’étrangers venus de la mer, comme Carthage, Syracuse, Marseille ou Rhoda par exemple, c’est directement sur la mer qu’elle eût été fondée.
  • Loin de la mer mais en vue de celle-ci elle ne peut avoir été qu’une cité indigène.

[modifier] ELICIA

  • Nom d’allure grecque représente très probablement celui de la première ville de l’ancienne Gaule.
  • ELICIA pourrait avoir deux ou trois cents ans de plus que MASSILIA et daterait du 14° siècle avant JC.
  • Les ligures installés sur ce site étaient les Elisyques, et la capitale de ce peuple était à Montlaurés et se nommait ELICIA, ce nom est à l'origine de la peuplade.

[modifier] Les Elisyques ont pris leur nom d’Elicia

Comme les Massaliotes de Massalia. ELICIA était séparée du port NARBO qui n’avait qu’une activité commerciale ; le marché fut dominé et protégé par la ville guerrière, tant que celle-ci a eu la puissance politique sur le pays.

  • Durant des siècles, la ville et le port ELICIA et NARBO ont coexisté dans la même situation qu’Athènes et le Pirée ou Rome et Ostie.

[modifier] La cause de la disparition graduelle d’ELICIA

  • Se trouve dans la fortune croissante de sa fille, dans l’expansion extraordinaire de la ville commerciale et cosmopolite de Narbo, d’abord simple marché et lieu de trafic, dont la conquête romaine fit une cité grandiose et une plus grande capitale.
  • ELICIA fut un centre politique, un poste d’observation, une cité guerrière.
  • Véritable petit état autonome, le royaume des Elisyques se composait de nombreux oppida comme Montlaurès (l'ancêtre de Narbonne), Ensérune, Mailhac, Pech-Maho (près de Sigean) et, non loin de Bages, le petit oppidum du Moulin à Peyriac-de-Mer.
  • Fortement ibérisés dès le Ve siècle, les Elisyques subirent au IIIe, l'invasion gauloise des Volques qui se traduisit par la destruction de Montlaurès et Ensérune ainsi que par l'abandon de Pech-Maho et du Moulin .
  • C'est Henri Rouzaud le premier qui a révéler histoire du monticule de Montlaurès.

[modifier] Géologie

  • Un changement radical s'opère 5 000 ans avant Jésus-Christ : les hommes commencent à se fixer et à pratiquer l'élevage et l'agriculture. Avec l'augmentation de la population, des villages vont apparaître, au domaine de Langel à Moujan, à l'ouest de la route D31, même si les grottes restent occupées, à partir de 2 500 ans avant Jésus-Christ.
  • A la fin de l'âge du bronze, vers 800 ans avant Jésus-Christ, les Elisyques, une des plus anciennes peuplades de la Méditerranée, " des belliqueux " (Aviénus) s'établissent durablement dans le Narbonnais, occupant des oppida sur les hauteurs, pratiquant des échanges avec l'arrière-pays et les régions continentales par l'axe du Rhône.
  • Déjà aussi s'établissent des courants commerciaux avec la Méditerranée et ses grands peuples les Carthaginois, les Grecs, les Étrusques,C'est ainsi que se dessine la vocation du Narbonnais, grâce à sa position de carrefour, croisée de trois voies de terre, et à son ouverture vers la mer par ses lagunes : faire que se rencontrent les hommes et que s'échangent leurs productions.

[modifier] Liens