Décades

Un article de Le petit narbonnais.


[modifier] Décati

  • Indépendamment des grandes fêtes et des pompeux anniversaires, Narbonne voyait arriver régulièrement, à chaque dizaine de jours, Décadi, une fête qui pour être souvent répétée, n'en avait pas moins de charmes.
  • Voici le menu obligé des cérémonies de ces journées :
    • On se rendait à 9 heures du matin dans la salle du grand consistoire de l'hôtel de ville,
    • Là on lisait les nouvelles les plus récentes de Paris, les rapports, le bulletin des lois et les bulletins des mouvements et des triomphes de nos armées,
    • Les cérémonies de mariage ne pouvaient avoir lieu en décadi,
    • Après la cérémonie toute l'Assemblée remontait, sur le rythme cadencé du tambour ou de la musique, la rue des Cordonniers et longeait la rue Parerie où les attendait une pièce d'artifice. Puis le cortège arrivait par le rue des Carmes, la rue Entre-Deux-Villes et les Barques de Cité jusqu'à la Croix de la Mission où était planté l'Arbre de la Liberté.
    • Arrivés à ce point la musique reprenait l'air de la Marseillaise dont les paroles étaient chantées dans un imposant unisson par la foule agglomérée.
    • Le dernier couplet Amour sacré de la Patrie était toujours chanté à genoux, la tête découverte et le regard attaché à l'Arbre de la Liberté.