Bernard Pech de Laclause

Un article de Le petit narbonnais.

 Surnommé “le parrain”
Surnommé “le parrain”

[modifier] Famille de juristes

  • Issu d’une grande famille de juristes - fils aîné d'Henry Pech de Laclause. Il tenait un office notarial rue Littré, son père avait été un immense avocat pendant ces quelques 60 années de carrière - il avait transformé la petite étude de Monsieur Dervieux à qui il avait succédé, en une des plus importantes du sud de la France.
  • Intime de Francis VALS, auquel il aurait suggéré de s’intéresser au Racing, il avait entretenu des rapports plus complexes avec Hubert MOULY, entre rivalité et respect.
  • Son influence a été permanente sur le plan économique. Les décisions importantes avaient son aval. Il avait accompagné le développement de la ville et du littoral.

[modifier] Homme d'influence

  • Homme extrêmement courtois, attentif aux gens dont il connaissait souvent toute la généalogie, il était aussi Président d’honneur du Vélo-Sprint (fidèle à un amour partagé de son père pour le cyclisme).Réf.Le Midi-Libre
Championat de France Final 1979
Championat de France Final 1979
  • A l'origine de la création du Club des cigares - qu’il ne fumait plus guère... lieu de pouvoir, où les plus en vue du Narbonais se réunissent une fois par mois à La Table de Saint-Crescent mais également partage de bons moments dans ce cercle narbo-narbonnais.

, il était le fils aîné d'Henry Pech de Laclause et tenait un office notarial rue Littré, issue d'une famille d'hommes de loi. Mais Bernard était avant tout l'homme fort du Racing auquel il a consacré son talent, son énergie, ses relations et ses moyens. C'est lui au début des années « 60 » qui reprend les rênes du club à la présidence, qui n'a plus rien glané depuis le titre de 36. Bernard va faire revenir le Racing dans la cour des grands et obtiendra le titre en 1979. Forte personnalité, admiré et craint par tous, il fera revenir au club d'anciens Narbonnais exilés en 1962-1963, on lui doit la venue des frères Spanghero et notamment Walter, celle de Jo Maso, de Lulu Pariès, sous son règne (de 62 à 80 et de 87 à 1991) ont éclos les jeunes François Sangalli, André Marratuech et Didier Codorniou pour écrire les plus belles pages d'histoire du Racing. Son influence ne s'est jamais amoindrie même s'il n'occupait plus de fonction officielle au sein du club, Descendu en Pro D2 , l'année du centenaire du Racing. Récemment encore il est intervenu comme Gérard Sutra son ami, au sein d'un pool d'investisseurs locaux pour sauver le club d'une relégation financière en fédérale 1. Bernard était aussi connu comme le fondateur du Club des cigares, une bouffée de fumée, les jeux de table, Bernard était l'homme qui faisait et défaisait autour du club, sa disparition va laisser un grand vide, le Racing a perdu son père et les Narbonnais un grand homme.