Benjamin Crémieux

Un article de Le petit narbonnais.

Fontaine de l'Hôtel de Ville de Narbonne
Fontaine de l'Hôtel de Ville de Narbonne

Sommaire

[modifier] Biographie

  • Benjamin Crémieux est né le 1er décembre 1888 à Narbonne,au coeur de la cité, au 30 rue du Pont des Marchands, où son père tailleur avait son magasin, une plaque commémorative est encore visible.
  • Il n'oubliera jamais ses origines méridionales et le glorieux passé de son bas Languedoc où ses aïeux juifs s'étaient réfugiés dès le 14 ème siècle, comme le montre les inscriptions sur la tombe de la famille Crémieux au Cimetière de Cité.

[modifier] Il n'y avait une seule place mise au concours

  • Agrégé d'italien, puis docteur ès lettres, la carrière de Benjamin Crémieux est celle d’un intellectuel brillant, grand critique littéraire, qui collabore à la prestigieuse NRF depuis 1920 suite à sa rencontre avec Jean Paulhan. Il fait également partie du comité de lecture des éditions Gallimard. Il signe un grand nombre d'articles consacrés à la littérature mais aussi au théâtre, au cinéma dans la presse de l'époque, et, particulièrement dans ces grands hebdomadaires politiques et littéraires qui sont en vogue : Candide, Marianne...
  • En 1943, il rejoint son fils Francis Crémieux dans la Résistance avec le mouvement Combat . Il organise à Marseille, sous le pseudonyme de Lamy, un réseau de renseignements. Arrêté en 1943, il est transféré à Drancy, Fresnes, Compiègne, Benjamin Crémieux fier de ne « pas avoir parlé » sera déporté au camp de Buchenwald, où il meurt d’épuisement le 14 avril 1944. "



[modifier] Son roman autobiographique

  • En 1921, Benjamin Crémieux publie son unique roman autobiographique,
  • "Le Premier de la Classe", il a alors 33 ans; il relate son adolescence narbonnaise, ses études au Collège Victor Hugo, sa redécouverte d’un judaïsme que sa famille ne pratique plus...

[modifier] Il offre surtout un tableau poétique de Narbonne des plus touchant

  • Ainsi à propos de la rue du Pont des Marchands il écrit: "aucun grand poète n'a célébré le charme et la noblesse d'un rue boutiquière pareille à celle-ci, ni dénombré toutes ces richesses plus éclatantes que les roses et le printemps. Pourquoi ne serais-je pas celui-là?" Roman qui lui vaudra la bourse Blumenthal.

[modifier] La Nouvelle Revue Française

En 1924, il publie dans la Nouvelle Revue Française la première étude connue sur l’œuvre de Proust et à la même époque découvreur passionné de la nouveauté littéraire, il révèle l’écrivain italien. Luigi Pirandello. D’ailleurs, il traduira une grande partie de ces pièces de théâtre et il en fera jouer les plus importantes… Il sera appelé en tant que conférencier dans toutes les grandes villes et universités d’Europe et d’Amérique du Sud. Il reste aujourd’hui une grande référence pour les étudiants italianisants.

[modifier] " Oh mon Européen de Narbonne, tu n'as tout de même pu mourir que pour la France!"

Sa femme Marie-Anne de Comnène publie son son huitième roman chez Gallimard intitulé France, dédié à son mari Benjamin Crémieux .
Extrait : o arrière petit-fils du rabbin Montel, Ô homme de Dieu! j'étais la seule à connaître ta sainteté.. Tu t'en allais piaffant, riant, bousculant préjugés et prudences..., et maintenant tout le monde saura et chacun te connaîtra mieux... mais moi je ne te verrai plus...

[modifier] Bibliographie

[modifier] Romans

  • Le Premier de la classe, 1921
  • Une conspiratrice en 1830, ou le Souper sans la Belgiojoso , 1928
  • La Grenouille et les trois nourrices, 1930
  • Littérature italienne, 1931

[modifier] Chronique dramatique

  • C'était... histoire de rire, d'Armand Salacrou
  • Elvire d'Henry Bernstein
  • Les Monstres sacrés, de Jean Cocteau
    • Avril 1940 n° 319, pages 546 - 549 / pages 549 - 551/pages 551 - 553
  • Notes delittérature générale
    • Mars 1940n° 318, pages 412 - 415

[modifier] Chroniques

  • Souvenir de Pitoeff
    • Janvier 1940 n° 316, pages 113 - 118
  • L'interprétation du tragique
    • Septembre 1939 n° 312, pages 468 - 474

[modifier] Notes

  • La vie quotidienne à Rome à l'apogée de l'Empire, par Jérôme Carcopino
    • Juillet 1939 n° 310, pages 145 - 146
  • Cécile parmi nous, par Georges Duhamel
    • Mars 1939 n° 306, pages 515 - 518
  • Terre des hommes, par Antoine de Saint-Exupéry
    • Juin 1939 n° 309, pages 1045 - 1049

[modifier] Théâtre

  • Le Corsaire, de Marcel Achard
    • Mai 1938 n° 296, pages 854 - 855
  • Électre, de Jean Giraudoux
  • Juin 1937 n° 285, pages 956 - 957
    • À propos de Bajazet
    • Juillet 1937 n° 286, pages 164 - 167
  • Asmodée, de François Mauriac
    • Janvier 1938 n° 292, pages 147 - 149