André Héléna

Un article de Le petit narbonnais.




Sommaire

[modifier] André Héléna

  • Né à Narbonne le 7 avril 1919, fils du Conservateur de la Bibliothèque Municipale,Il meurt le 18 novembre 1972 à Leucate où il a passé une grande partie de sa vie, au bout du rouleau,alcoolique, écrivant des pornos , son dernier manuscrit inachevé :il mit son manuscrit sous le bras et sortit

[modifier] L'auteur et ses romans sont presque tombés dans l'oubli

  • C'est la bande dessinée de Jacques Hiron et de Jean-Michel Arroyo, entre fiction et biographie de la vie d'André Héléna,qui le remet au devant de la scène.
  • Il a été romancier, auteur dramatique pour la radio, parolier de chansons et il a même écrit pour le cinéma....

[modifier] Auteur fondateur du Roman noir

  • Cet auteur fut l'un des rares auteurs policiers français à être traduit aux États-Unis

en Allemagne, l'œuvre d'André Héléna est relativement bien connue.Ses romans noirs sont sortis de l'oubli dans lequel ils étaient injustement plongés : 1986 la collection La Poisse les fait rééditer, en 2008 en Italie Lombard a proposé la traduction des œuvres d'André Héléna auprès de l'éditeur Fanucci.

[modifier] Besogneux, productif, il est exploité par des éditeurs douteux

  • Il écrit de nombreux romans, dont les héros ont des destinées fatales. "La pègre y est présentée sans concession. Les intrigues sont simples et solides. La narration entraînante évite les fioritures, dans un langage direct".

[modifier] En 1955, il co-écrit la novellisation

Le film Interdit de séjour (1956, La Chouette), dont il est co-scénariste. Pour La Chouette, il crée l’avocat Valentin Roussel. Dix-sept aventures sont publiées, de 1956 (Ces messieurs de la famille) à 1961 (Des fruits, des fleurs et du plomb).

  • Il s’agit d’agréables comédies policières à suspense, souriantes et rythmées. Pour les cinq premiers titres, l’auteur est "encadré" par Simone Sauvage puis Claire Cailleaux. Cette série est signée Noël Vexin. Sous son nom, André Héléna publie dans la même collection des romans plus noirs : Peinture au couteau (1958), En cavale (1959), Le filet (1959). En parallèle, il écrit des romans érotiques, pour la plupart signés Alex Cadourcy, et probablement des pornos (non identifiables). A noter, un très bon roman noir Les clients du Central Hôtel (1959, coll. La Grenade).

[modifier] Le Fleuve Noir accueille enfin André Héléna en "Spécial-Police"

  • Avec par mesure de silence (1965). Pour cette collection, il crée le journaliste Em Cary. Huit épisodes sont publiés, de 1965 (L’article de la mort) à 1967 (Dionysos 7,65), des enquêtes agitées. Par la suite, beaucoup de ses livres sont réédités, sous le pseudo de Noël Vexin – en 1968-69 au éditions Les Presses Noires, puis chez Eurédif à partir de 1970.

[modifier] André Héléna est décédé à Leucate en 1972

  • Malgré ses imperfections, il reste un très bon romancier, souvent comparé à Léo Malet. Sans doute y a-t-il une part de nostalgie dans la reconnaissance tardive, mais méritée, dont il est l’objet. Les plus récentes rééditions : en 1986, plusieurs romans noirs chez 10-18; en 1988, Les compagnons du destin, aux éditions Fanval; début des années 2000, aux éditions E-dite, quelques romans noirs et un inédit : Les crabes (2001). Le réalisme sombre, sans espoir, de beaucoup de ses livres a peut-être nui à la réputation de cet auteur prolifique.
  • Le demi-sel (1952) sera réédité en septembre 2010 ans la collection Noir Rétro.

Par Claude LE NOCHER A lire : le cycle Les compagnons du destin (1952-53), neuf romans indépendants. Plus souriante, la série L’aristo (16 titres, 1953-55) est très plaisante. D’autres romans ou séries (dont Le gars Blankie ou La môme Muriel) signés de pseudos sont moins rigoureux. Les scénarios ordinaires, parfois mal maîtrisés, jouent sur l’ambiance du monde des truands.

[modifier] André Héléna par Yvan Audouard

"De son vivant , il était déjà posthume."Has been" avant d'avoir été. Les pieds mouillés, le gosier sec, il errait sous la pluie. Pour lui les bistrots étaient avant tout des refuges contre les averses. Ce fut l'époque de notre amitié....Il se fit inscrire à notre club Les Rougets de l'Isle négligea de payer sa cotisation, ce dont personne ne lui tient rigueur, mais ne participa jamais à nos tournois ce qui m'étonna particulièrement car il était encore plus méridional que moi... Le pastis lui tenait lieu de soleil, mais dans son œuvre il n'arrêtait pas de pleuvoir....Il se mettait à la machine à écrire comme d'autres au piano et tentait de composer la symphonie de sa nuit. Mais tout se brouillait dans sa tête. Ses livres fourmillent de cadavres qui ressuscitent et des inconnus interviennent sans prévenir dans l'action qui se traîne, mélangent le tout est disparaissent sans avoir rien résolu."

[modifier] Il a Publié sous de nombreux pseudonymes

  • Noël Vexin, Andy Ellen, Andy Helen, Buddy Wesson, Maureen Sullivan, Kathy Woodfield, Herbert Smally, Jean Zerbibe, Sznolock Lazslo, Robert Tachet, Clark Corrados, Peter Colombo, Alex Cadourcy, Trehall, Joseph Benoist, Lemmy West, C. Cailleaux.Source Wikipedia

[modifier] Ses ouvrages

  • Les flics ont toujours raison, World Press, collection Nuits Noires,
  • Le Bon Dieu s’en fout
  • Le Goût du sang
  • Le Baiser à la veuve
  • Les salauds ont la vie dure
  • Les Clients du Central Hôtel
  • Par mesure de silence
  • Le Fourgue

[modifier] Lien externe